La Rogue: une 4cv espiègle….

 

RETOUR PAGE PRINCIPALE

RETOUR PAGES TECHNIQUES

LIRE L'ARTICLE EN ANGLAIS

LIRE L'ARTICLE EN ESPAGNOL

L'histoire de la Rogue commence avec Louis Rosier, le fameux pilote Français propriétaire d'une concession Renault à Clermont-Ferrand. Habitué des Talbot-Lago et Ferrari, il court sur 4cv dans les années 50.
Souhaitant produire une petite série basée sur la mécanique 4cv, en 1952, il demande à Motto de Turin d'étudier une barquette deux places en aluminium sur châssis 4cv. Le véhicule était trop cher à produire. En 1953 une barquette 4cv Rosier fut construite et couru au Mans pour terminer à la vingt troisième place
 

 

 

 

Après avoir présenté son coupé à la saison précédente, Louis Rosier, dévoile une barquette élaborée avec le concours du service de compétition de la Régie. La barquette Rosier est capable d'atteindre 180 km/h !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au moins deux barquettes Rosier 4cv furent construites. On peut observer une voiture immatriculée 154 AV 63 dans la cour de l'usine Renault en 1953. La voiture semble être dans une version route avec de remarquables roues -fil Borrani et une calandre dépouillée..

 

 

En Juin 1953, un second véhicule en version course, immatriculé 8260 BZ 75 était exposé à l'usine à côté des deux autres Vernet-Pairard. Il faut noter l'absence des roues Borrani la présence d'une grille de calandre distinctive et la présence d'éléments aérodynamiques sur les roues arrières.

 

En Mars 1954, la Rogue est présentée à l'International Motor Show de New York

 

C'est une barquette 4cv Rosier fabriquée en association avec Plasticar Inc situé à Doylestown Pennsylvanie aux USA. Sa caractéristique est d'être fabriquée en fibre de verre, matériau High-Tech pour l'époque. Elle n'a pas de portes et possède une ossature renforcée autour de la cellule de pilotage ainsi que des roue Borrani et une grille de calandre spécifique. La couleur, un rouge brillant spécial est directement incorporée dans le résine de polyester. Un dossier de presse photo montre un moteur de 4cv normal derrière le radiateur...

 

A ce show de New york, était également présenté un second prototype sur base 4cv, la "Marquis" de Jean Rédélé construite par Allemano. Des accords furent pris avec Plasticar pour produire les moules pour Jean Redélé en échange de la licence de production aux USA.

Des accords furent établis pour l'achat par Plasticar Inc de 150 châssis auprès de Renault France

Après plusieurs semaines sans nouvelles de Plasticar, Jean Rédélé arrive à l'usine Plasticar pour trouver que sa voiture la Marquis venant de servir à faire les moules avait étédémontée et que le train avant avait été installé dans la Rogue… Les accords stoppèrent et Redelé finit par racheter les 150 châssis à Renault .
Rédélé avait trouvé Chappe et Gosselin pour produire son troisième prototype à toit surélevé.

La A106 et la marque Alpine étaient nées.

Les détails de la cession ne sont pas connus si ce n'est que la Rogue était trop chère et trop petite pour le goût Américain. Plasticar avait aussi des problèmes de surchauffe avec la voiture dûtà un manque d'expérience des voitures à moteur arrière. On a rapporté que les ouvriers de chez Plasticar allèrent voir comment travaillaient Almquist Engineering , qui fabriquait des carrosseries en fibre pour beaucoup de voitures de sport.

La Rogue, désormais équipée d'un moteur, d'une boîte 5 rapports et d'une suspension arrière à 4 amortisseur provenant du proto Alpine de Jean Redelé (ancêtre de la suspension mille-miles), devenait un modèle de compétition spécial. Malheureusement, le poids et l'épaisseur de fibre de verre rendaient la voiture non compétitive par rapport à la plupart des voitures engagées localement.

En 1959, Ronald Fitzgerald et Larry Yoder, deux jeunes coureurs, rachetèrent la Rogue à un ancien, très vraisemblablement Zark Reed de Plasticar.
La suite, pour la voiture, fut faite de courses de côte avec des succès mitigés. La voiture fut vendue plusieurs années après à un autre coureur.


AU début des années 70, avec désormais son moteur et son intérieur manquant, la voiture était destinée à la destruction. Heureusement, le conducteur du camion d'enlèvement Dave Damiani , propriétaire par le passé d'une Renault et fan de la marque, reconnu la voiture et essaya de l'acheter à Yoder et Fitzgerald. La voiture fut stockée dans une grange jusqu'à ce que je la rachète en 1997.

Depuis, je ne connais toujours pas les détails des accords entre Louis Rosier et Zark Reed.

 

Todd Daniel
Pennslyvania USA

Traduction et adaptation en Farnçais, Jean-Pierre DELAUNOY

 

Cilquer pour agrandir et faire défiler :

















NOUVELLEES IMAGES DE LA RESTAURATION DE LA ROGUE : (Février 2004)

TEXTE EN ESPAGNOL

La historia de la “Rogue” comienza con el famoso Louis Rosier, famoso piloto francés propiretario de un concesionario Renault en Clermont-Ferrand. Habituado a los Talbot-Lago y los Ferrari, corre con los 4cv en los años 50.
Rosier deseaba construir una pequeña serie sobre la mecánica del 4cv, y en 1952, le pide a Motto de Turín que realice el estudio de una barqueta biplaza con la carrocería de aluminio y el chasis 4cv. Su construcción resultó muy costosa..., pero ese mismo año se presentó la barqueta gracias a la colaboración del servicio de competición de la Régie. Se anunciaba una velocidad de 180 km/h.
Por lo menos dos barquetas se construyeron. En la foto una con la matrícula 154 A V 63 en el patio de la fábrica de Renault en 1953. Parece tratarse de una versión “de calle”, -a notarse las llantas de hilos Borrani y una calandra desnuda...

En 1953 una barqueta 4cv se construyó y participó en las 24 Horas de La Mans acabando 23.

En junio de 1953, un segundo vehículo “versión carreras”, inmatriculada 8260 BZ 75 estuvo expuesta en fábrica al lado de otros dos Vernet-Pairard. Ëste ya no tenía las llantas de hilos Borrani pero si una parrilla de calandra además de elementos aerodinámicos encima de las ruedas traseras.
En Marzo de 1954, se presentó en el International Motor Show de New York.

En este caso se trata de una barqueta 4cv fabricada en asociación con Plasticar Inc de Doylestown, Pennsylvanie en USA. Se caracteriza por estar fabricada con fibra de vidrio, material High-Tech para la época. Carece de puertas y tiene un alza reforzada alrededor del habitáculo, llantas de hilos Borrani y una parrilla de calandra específica para esta versión. El color, un rojo brillante especial puesto directamente en la resina de poliéster.
En NY también se presentó otro prototipo basado en el 4cv, el “Marquis”de Jean Rédélé construido por Allemano. Se hicieron acuerdos con Plasticar para construir moldes para la producirlos Jean Redelé a cambio de la licencia de producción en USA.
Los acuerdos consistían en la compra de Plasticar Inc de 150 chasis para Renault Francia.
Tras varias semanas sin noticias por parte de Plasticar, Jean Rédélé visita la factoría de Plasticar y se encuentra sus chasis para el Marquis instalados en el Rogue... Se paralizaron los acuerdos y Rédélé se puso en contacto con Chappe et Gosselin para producir su tercer prototipo con el techo sobre elevado.
Fue el nacimiento de Alpine y la A106.
No se conocen los detalles de la cesión, si que el Rogue era muy caro y pequeño para el gusto americano. Plasticar también tenía problemas de sobrecalentamiento por su poca experiencia con coches con motor trasero y se sabe que los trabajadores de Plasticar fueron a Almquist Engineering que fabricaba carrocerías de fibra para muchos coches de Sport.
El Rogue estaba equipado con un motor con una caja de cambio de cinco velocidades y de una suspensión trasera con cuatro amortiguadores del proto Alpine de Jean Redelé (ancestro de la suspensión mille-miles), convirtiéndose en un modelo de competición especial. Desafortunadamente, el peso y el espesor de fibra de vidrio lo volvían poco competitivo respecto a sus rivales.
En 1959, Ronald Fitzgerald y Larry Yoder, dos jovenes pilotos, recompraron el Rogue muy parecido a Zark Reed de Plasticar. El coche se utilizó para algunas carreras de cuesta con pocos resultados y se volvió a vender a otro corredor años después.
A principio de los 70, con el motor desmontado y sin interior, el coche estaba destinado a destruirse. Afortunadamente, el conductor de un camión de retirada de coches, Dave Damián, propietario en el pasado de un Renault y fan de la marca, reconoció el coche y lo intentó comprar a Yoder y Fitzgerald. Fue puesto en venta en un garaje hasta que Todd Daniel (Pennslyvania USA) lo compró en 1997.

 

Por Todd Daniel
Traducción y adaptación: avalanche